Philippe Gabilliet

Philippe Gabilliet

3_PresseGabilliet_conferencePhilippe Gabilliet

 

Professeur de Psychologie et de Management à ESCP Europe (Paris). Chargé d’enseignement à HEC Genève (Suisse) et à l’ESA Beyrouth (Liban). Conférencier et coach de dirigeants.

Docteur en sciences de gestion, diplômé de 3ème cycle en sciences politiques, diplômé de Sciences-Po Bordeaux.

Après un début de parcours universitaire en science politique, Philippe GABILLIET choisit au milieu des années 80 de faire ses premières armes dans le métier de consultant. Il se spécialise alors dans la motivation des équipes commerciales, domaine où il développe ses premières expertises professionnelles. Au début des années 90, il décide de tenter l’aventure de la grande entreprise et prend la direction du service de l’action commerciale « grand public » de CNP ASSURANCES (Groupe CDC).

Après quelques années, le virus de l’enseignement et de la recherche le rattrape, et il rejoint le corps professoral de l’ESCP (aujourd’hui ESCP Europe) en 1995, tout en poursuivant son activité de conférencier et de coach auprès des comités de direction et de leurs dirigeants.

Philippe GABILLIET est vice-président de la « Ligue des Optimistes de France » et président honoraire de l’association internationale « Optimistes sans frontières » (ASBL).

Il est aussi président d’honneur de l’Association Française des Conférenciers Professionnels (AFCP) et membre de la Global Speakers Federation.

Auteur de plusieurs ouvrages sur la psychologie de la motivation, le management et les stratégies d’anticipation, Philippe GABILLIET consacre aujourd’hui l’essentiel de son activité de recherche aux techniques de développement du leadership positif et aux stratégies mentales de la réussite.

Chroniqueur régulier sur RMC-BFM dans l’émission « Les Grandes Gueules« . Expert APM (Progrès du Management) et conférencier, il intervient aussi très régulièrement en entreprise, lors de conventions ou de comités de direction, sur les thèmes de l’optimisme, de la chance, de l’audace et de l’auto-motivation

Principales publications :

  • L’art de changer de vie en 5 leçons, Éditions Saint Simon, 2018
  • Éloge de l’audace et de la vie romanesque, Éditions Saint Simon, 2015
  • Eloge de la chance. L’art de prendre sa vie en main, Editions Saint-Simon, 2012.
  • Eloge de l’optimisme. Quand les enthousiastes font bouger le monde, Editions Saint-Simon, 2010
  • Les conduites d’anticipation, L’Harmattan, 2008
  • Savoir anticiper : les outils pour maîtriser son futur, ESF Editeur, 1999.
  • Se former soi-même. Les outils de l’autoformation, ESF Editeur, 1997 (en collaboration avec Yves de Montbron).
  • Managez efficacement votre équipe, motivez durablement vos collaborateurs, Éditions Manager-Positif.com, 2000 (en collaboration avec Yves de Montbron)

e-mail : gabilliet@escpeurope.eu

T. : 06 07 83 00 78

L’optimisme, ultime secret de la performance durable !

A l’heure où la morosité, le cynisme et la résignation n’en finissent plus de faire la une des médias et des conversations de café du commerce, il devient urgent de remettre à l’ordre du jour – et en particulier dans l’entreprise – l’antidote n°1 à tous les désespoirs : l’optimisme. Les chercheurs en psychologie et en médecine ont depuis les années 70 largement démontré l’impact de ce trait de caractère sur notre énergie vitale, notre goût de vivre, notre relation aux autres, mais aussi notre santé et notre longévité. D’autres travaux ont largement exploré les liens qui existent entre l’attitude optimiste et la capacité à entreprendre, la mobilisation des équipes, la résilience collective face aux difficultés et la prévention des risques psycho-sociaux. Mais si l’optimisme est tellement bon pour le corps et l’esprit du manager et de son collaborateur, c’est justement qu’il est un ingrédient très puissant, et qui supporte mal d’être utilisé n’importe comment ou à contretemps. L’optimisme est le contraire de la naïveté candide et un rien béate avec laquelle on le confond parfois. Il est à la fois une façon de se projeter dans l’avenir, d’interpréter les événements que l’on a vécu et de décider en situation d’incertitude. L’optimisme est une attitude de l’esprit positive mais exigeante, qui possède ses propres règles, et qu’il faut apprendre à connaître et à utiliser de façon à en tirer le meilleur profit.

Dans cette conférence-débat, Philippe Gabilliet nous invite à redécouvrir cette merveilleuse capacité présente en chacun de nous, à en comprendre la nature réelle dans les monde des organisations ainsi que ses règles d’application dans des domaines aussi différents que la vente, l’entrepreneuriat ou le management des équipes. L’objectif : réintégrer l’optimisme de façon efficace et durable dans toutes les facettes de notre action managériale. A la fois art de comprendre, art d’anticiper, art de décider et art de communiquer l’optimisme de combat est dès à présent appelé à devenir le nouvel art de diriger les organisations au XXIème siècle !

 

Pourquoi les optimistes ont-ils plus de chance que les autres ?

Parmi les facteurs clé de leur réussite, la plupart des gens évoquent tôt ou tard – au-delà du talent, de la compétence et des efforts – l’existence d’un facteur « chance », même si son expression diffère selon les personnalités.

Mais si la chance existe, elle ne saurait être confondue avec un hasard heureux mais isolé. La chance psychologique, celle des chanceux « à répétition », doit être pensée non en termes d’événement extérieur fortuit, mais bien comme un facteur interne, c’est-à-dire une attitude ou un comportement mis en œuvre par un individu en situation, que ce soit dans sa vie professionnelle ou personnelle.

Les sciences cognitives et la psychologie positive considèrent aujourd’hui la chance comme un « comportement d’ajustement optimal aux circonstances, qu’elles soient bonnes ou mauvaises » : il s’agit donc d’une compétence construite, apprise et donc développable.

A ce titre, la chance est directement liée à la notion d’  « opportunité », dont elle constitue le versant comportemental et opérationnel. Fabriquer sa chance, c’est donc créer – à partir de soi et autour de soi – les conditions d’apparition d’opportunités nouvelles, et ce dans tous les domaines.

Cette attitude nécessite la mise en œuvre au quotidien de cinq principes concrets d’action :

  • Le principe de programmation (régler la tête chercheuse)
  • Le principe de vigilance (activer les capteurs)
  • Le principe d’optimisation (recycler les échecs)
  • Le principe de contamination (être une chance pour les autres)
  • Le principe d’audace créative (se jeter à l’eau)

 

S’auto-motiver sur le terrain. Quand le mental fait la différence !

Il existe plusieurs facteurs permettant d’expliquer la réussite. Si la maîtrise du projet, le savoir-faire relationnel ainsi que le sens de l’organisation constituent les socles sans lesquels rien de durable n’est possible, la variable de motivation – ou plutôt « d’auto-motivation» demeure une clé essentielle, en particulier quand l’environnement des affaires se révèle moins favorable.

Car la caractéristique première des situations économiques dites « de crise » est justement de renforcer, voire de radicaliser les facteurs naturels de démotivation naturellement lié à tout exercice managérial ou entrepreneurial (échec, isolement, pression, etc.). La force mentale des grands « performeurs » semble ainsi tenir dans leur capacité à transférer leur façon de travailler avec leurs partenaires et collaborateurs dans les autres sphères de leur vie : leur savoir-faire se mue alors progressivement en savoir-être.

Dès lors, on peut aujourd’hui aborder l’auto-motivation sous un angle plus scientifique. La psychologie sociale et les neurosciences ont en effet largement démontré depuis une quinzaine d’années que ce que l’on prenait jadis pour de simples « trucs et recettes » issus de l’expérience du terrain reposaient en fait sur des mécanismes mentaux bien définis et faciles à pratiquer. Ainsi, l’observation des professionnels les plus intrinsèquement motivés (c’est-à-dire motivés… d’abord par eux-mêmes) nous révèle en effet :

  • Qu’ils rencontrent les mêmes difficultés professionnelles et personnelles que les autres, voire davantage.
  • Mais que ces difficultés se combinent chez eux avec une série de principes de vie, souvent de bon sens, propres à assurer la transformation des difficultés en une énergie nouvelle.
  • Que ce qui différencie les hommes et femmes qui réussissent le mieux, ce n’est pas ce qui leur arrive ; mais c’est ce qu’ils font avec ce qui leur arrive.

Après avoir défini et illustré les champs de l’auto-motivation, cette conférence-débat propose une série de stratégies opérationnelles d’auto-motivation destinées à maintenir son énergie et son enthousiasme face aux difficultés rencontrées dans la vie de l’entreprise.