Alain Simon

Alain Simon


alainsimonAlain Simon

67 ans, Juriste et économiste de formation…mais tout ça est un peu loin…
Anime depuis de nombreuses années des conférences et séminaires d’aide à la prise de décision.
Intervient, en France et dans le monde entier, auprès des équipes de Direction de grandes sociétés françaises ou étrangères et d’organisations professionnelles.
Intervient également dans de Grandes Ecoles ou des Universités (HEC Paris, ESSEC Executive Education, entre autres …)

Expert APM depuis 1997.
Maître de Conférences associé à l’Université de Rennes 1 (2002-2011),

A publié aux Editions Descartes et Cie un livre intitulé « Géopolitique et Stratégie d’entreprises- Créances et croyances – » ouvrage, illustré par Plantu, qui a obtenu en 1994 le Prix du Meilleur Livre d’Economie Financière.
Un second ouvrage « Le Sens des Cartes », est paru en 1997 chez le même Editeur.
Un troisième livre, « Géopolitique d’un monde mélancolique » est paru en 2006 aux
Editions Eyrolles. Il est désormais téléchargeable sur izibook@eyrolles.com
Un quatrième livre est publié sous forme de e book en décembre 2008 « Le temps du discrédit. Crise des créances, crises des croyances » téléchargeable sur izibook@eyrolles.com

Quatre articles qui entrent en résonance:

Revue Societal N° 54 (Octobre 2006) Côté pile monétaire et face cachée géopolitique.
Revue CITES N° 31 (Automne 2007) Eclairages géopolitiques sur les nouvelles frontières de l’entreprise.
La terre n’est pas plate… in Repenser l’Entreprise Ouvrage collectif APM aux Editions du Cherche Midi (Janvier 2008)
Éclairages géopolitiques sur 2014, une année qui change le monde. Huffington Post (8 octobre 2014)

 

e-mail : alain-simon@wanadoo.fr

T. : 06 11 45 25 97

Quand l’actualité écrit une page d’Histoire… Éclairages géopolitiques sur les années 2011-2015

Rares sont les périodes ou l’on a si clairement le sentiment qu’un vieux monde est en train de disparaître et que le nouveau met du temps à se laisser comprendre.

Il y eût certes l’année 1989 que les moins de 20 ans… Il y eût évidemment 2001 et ses traumatismes…

Depuis le début de l’année 2011, nous vivons une autre de ces époques mais cette fois ci tous les fronts semblent en mouvements simultanément.

Tout avait commencé en Tunisie pour se répandre ensuite sous le nom de « Printemps arabe ». D’autres saisons l’ont suivi et les situations sont tout sauf stabilisées, que ce soit en Libye, en Egypte et dans ce qui reste de la Syrie et de l’Irak.

Il y eut aussi la même année Fukushima et ses répliques.
Des campagnes d’Afrique noire se sont succédées, en Côte d’Ivoire, au Mali, en Centrafrique également, elles se poursuivent actuellement.

L’Europe elle même a été traversée par de violents soubresauts, la monnaie unique a vacillé, il n’est pas certain qu’elle soit de nouveau pérenne, tandis que l’afflux des réfugiés la remet en question(s).

Chaque mois apporte sa contribution:

Les pays qu’on qualifiait il y a peu d’émergents sont en plein ralentissement.

Après avoir regardé vers la Russie, ses relations avec l’Ukraine, la Crimée entre les deux, nous nous préoccupons soudainement des tensions qui naissent avec la Turquie, redevenue barycentre géopolitique.

Et même ceux qui en doutaient encore ont pris conscience, en cette année 2015, que la France n’est pas une exoplanète qu’épargneraient les soubresauts du monde.

En rédigeant ce texte en novembre 2015, il convient d’être prudent. Qui peut savoir ce qui peut et va se passer avant une éventuelle conférence?
Une seule certitude : des événements se produiront, il conviendra de les intégrer dans la réflexion.

Pour tenter de discerner ce qui pourrait être péripéties et ce qui devrait être tendances lourdes, une conférence propose de faire appel à une grille de lecture, il en existe d’autres, la géopolitique.

Le recours à l’Histoire et à la Géographie, c’est bien ce que recouvre le mot de géopolitique, permet de prendre du recul.

Si la géopolitique démontre sa capacité à gérer la surabondance d’informations, elle aura alors peut être donné envie aux décideurs de l’inclure dans leur « boite à outils ».
Elle n’est pas seulement un outil pour comprendre le monde, elle peut également aider à la prise de décisions en entreprise, et à leur mise en œuvre !

L’objectif de la présentation peut donc être résumé ainsi : tenter de rendre le monde plus intelligible …et donc peut être moins inquiétant.

Le sérieux du sujet ne requiert pas nécessairement un ton grave et le conférencier n’éprouvera pas le besoin d’être compassé pour être crédible. L’ironie des mots et des images tenteront de jalonner les réflexions proposées tant il est vrai que la tristesse et le pessimisme devraient aujourd’hui être considérées comme fautes lourdes !